« Un homme, un vrai ? ». La tradition propose pour modèle un être, mentalement et physiquement, performant, combattif, compétitif, dur à la douleur, sans état d’âme ni émotions, porté par le destin positif de l’élu du Père qui le protège du doute et de la vulnérabilité : un être monstrueusement bancal et fragile contrairement à l’idée qu’il s’en fait, dans l’ignorance et le déni de la moitié de ce qui le constitue intérieurement et dont le retour du refoulé le manipule inconsciemment. Ceci contribue à modéliser des êtres frustres, tournés vers l’extériorité et coupés de leur intériorité, bâtis sur une faille abyssale. La caricature s’adoucit de plus en plus, mais le terrorisme nous dit l’aberration et l’hystérie d’un féminin qui éclate intérieurement.

Idem pour les femmes qui dans une illusion de sécurité construisent en elles-mêmes une forme de défense, de dureté, de fausse force, empruntée à l’idée d’un masculin tout-puissant et invulnérable et qui, de ce fait se ferment à la puissance alchimique de leur ventre, à la force de résolution de leur cœur ou, s’identifient à la victime et nourrissent sans le savoir les situations et les relations qui les blessent.

Produits tragiques mais logiques de la réalité habituelle qui identifie et réduit l’homme et la femme à leur polarité physique et les oppose, les sépare de la moitié d’eux-mêmes, leur polarité intérieure ; tout comme nous opposons et séparons le masculin et le féminin dans leurs multiples tonalités : le dedans/ le dehors, le ciel/ la terre, le divin/ l’humain, la sexualité/ la spiritualité, la raison/ l’intuition, tangible/ subtil, nous/ eux, l’homme/ la femme, l’onde/ la particule… à ce titre, nous mettons nos déchets nucléaires chez le voisin ; nous sommes tyran domestique et charmant en ville ; nous projetons à l’extérieur et sur l’autre, en positif comme en négatif, ce qui attend à l’intérieur d’être reconnu. Cette opposition masculin/ féminin définit et crée à chaque instant la réalité telle que nous la connaissons.

Nous sommes acculés, destinés à faire éclater le monde ou faire éclater l’illusion de la séparation.

Un individu est analogiquement une cellule de l’univers. Toute cellule est doublement polarisée, émettrice et réceptrice, masculine ET féminine. A LA MÊME MESURE. Une cellule ne peut émettre plus d’informations qu’elle n’en reçoit, ou le contraire, à moins de mettre en péril l’équilibre de l’univers. Chaque cellule, chaque individu est constitué à la même mesure des deux polarités. La réalité universelle, collective, individuelle est doublement polarisée.

Un homme est physiquement polarisé masculin et intérieurement féminin.

Une femme est physiquement polarisée féminin et intérieurement masculin.

A la même mesure. Leur vécu physique du monde jusque dans leur sexualité est évidemment différent.

Le TAO (Image 1) a parfaitement symbolisé que cette double polarité s’applique aussi au masculin et au féminin. La partie claire du masculin en haut présente un petit rond foncé du féminin et réciproquement. Le masculin est masculin à l’extérieur, son centre, son cœur à l’intérieur est féminin. Tout comme l’homme et la femme.

Dble polarité yinyang

L’image nous fait croire que les petits ronds sont … petits.

En transférant l’image du plan vertical habituel au plan horizontal, les petits ronds se révèlent être des cylindres illimités reliant le ciel et la terre. Loin d’être petits, ils ouvrent l’espace illimité(Image 2).

Extrait du livre Diane

Extrait du livre Diane

Ainsi l’homme et la femme, identifiés à leur seule polarité physique, sont réduits à ¼ de leur être et refoulent et ignorent ¾ d’eux-mêmes, amputés non seulement de leur polarité intérieure, mais aussi du potentiel caché de leur polarité physique qui se révèle être leur dimension subtile et universelle.

Ainsi un homme traditionnel est amputé de:

• Dans sa dimension physique, de sa capacité à ressentir l’énergie qui lui permet de reconnaître la justesse ou non de son action, de sa capacité à ajuster, rectifier, à s’accorder à l’obstacle avec souplesse tel un félin et à épouser l’environnement, tel un artiste qui capte le souffle de l’inspiration.

• De sa dimension intérieure émotionnelle. Il est de ce fait submergé par la violence d’émotions refoulées ou rongé par leur expression pathologique .Il se cristallise dans une culpabilité ou une impuissance plus ou moins consciente sans possibilité de les transformer. Il est coupé de sa capacité à s’émerveiller et à apporter généreusement sa contribution au monde, sa pièce unique du grand puzzle, il est frustré de sa dimension unique et précieuse.

Et un homme qui s’éveille chemine à les restaurer. 

Ainsi une femme traditionnelle est amputée :

Dans sa dimension physique, de sa capacité à agir librement dans le monde. Elle est soumise, victime d’une loi extérieure qui l’infériorise et qui se coupe par là même de la magie, de la légèreté, l’apaisement, de l’alchimie propre au mouvement naturel de la femme.

Dans sa dimension intérieure, de la conscience de sa dignité et de sa dimension divine. Sa dimension vitale, vibrante, de reliance énergétique directe avec le subtil est obscurcie et démonisée, sa puissance de transcendance est suspectée.

Et une femme qui s’éveille chemine à les restaurer. 

N’oublions pas qu’un homme porte intérieurement les blessures du féminin, une femme porte intérieurement les blessures du masculin.

Bonne nouvelle ! 

Un homme n’est jamais autant viril que lorsqu’ il intègre son féminin : il devient félin, intuitif et éveilleur.

Une femme n’est jamais autant femme que lorsqu’ elle intègre son masculin : elle devient libre, vibrante, magique et amoureuse.

Notre destin est de réaliser cette réconciliation de la globalité de notre être jusqu’à l’union intérieure qui est notre essence et notre chemin de réalisation.

Hommes et femmes, nous avons à explorer, découvrir, restaurer, les aspects masculin/ féminin ignorés, refoulés, blessés, dominants, à les réconcilier étapes après étapes, et les unifier. Ceci est le fondement d’une vie affective ou amoureuse épanouie et expansive, une spiritualité saine et incarnée dans une collaboration à l’éveil planétaire.

La voie du Tantra de la Réconciliation porte une connaissance profonde des enjeux masculin/ féminin et de leur réconciliation et, vous y accompagne dans la bienveillance, la joie et l’inspiration.

Puisse la Réconciliation préalable à l’Union bénir chacun, chacune et toutes les dimensions de notre Mère Terre. Dans la joie d’y apporter ma contribution.